#deuil périnatal – il y a 2 ans, mon petit prince

On ne m’avait pas prévenu.
Que le temps passerai, que la vie continuerai.
On ne m’avait pas dit, qu’après la première année, il y en a une deuxième.
Que les mois s’enchaînent, avec ou sans nous.

On m’a dit que la première année serait difficile. Qu’on doit traverser une fois les premières dates importantes, et moi comme une courge j’ai pensé qu’après ça irait.

Mais voilà, il y a quelques semaines, j’ai réalisé qu’il y aurait un deuxième « anniversaire ». Et donc un troisième, puis un quatrième et bon, vous avez pigé le concept.

Mince, ça m’a fait un choc ! Comme si d’un coup, je réalisais l’irrévocabilité de ce qui s’est passé. Mon ange est parti, définitivement, pour toujours. Et toute ma vie je me recueillerai à cette date.

C’est con.

Oui, le temps passe. Parfois vite, parfois lentement, et heureusement, il a apporté avec lui son lot de petits bonheur, des arcs en ciel, des rires d’enfants.

Le temps a passé, la tempête s’est calmée. Nous vivons avec nos joies, nos peurs, nos regrets, nos questions.

A ceux qui disent que nous avons été courageux, on répond qu’on a pas vraiment eu le choix.

A ceux qui disent que tout ça c’est derrière nous, d’abord on les traite de gros cons, puis on répond qu’on ne veux surtout pas oublier. Ça fait partie de nous, de nos vies, de notre histoire, de l’histoire de nos enfants, et que botre bébé reste dans nos coeurs même s’il n’est pas dans nos bras.

A ceux qui disent que rien n’arrive par hasard, d’abord on les traite de putain de gros cons, puis on leur répond que leur théorie est la chose la plus idiote qu’on a jamais entendu.

Par exemple, si ton chien se fait déchiqueter par un renard sous tes yeux, bah c’est tragique et ça n’a pas forcément un sens profond et caché.

Véridique.

Bigup à la nana qui m’a sortie cette belle phrase, et qui vient de voir son chien bouffé par un renard.

Et puis t’façons, ces gens là on ne leur parle plus jamais.

Le temps a passé, la tempête est calmée. Notre fille nous comble de bonheur. Nous savons où sont nos priorités. Nous nous aimons plus que jamais.

Nous arrivons à penser à lui sans trop de douleur, mais il nous manque, et il nous manquera toujours.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s